L’ANNÉE DE MES 87 ANS: SUITE ET FIN

MA QUATRE-VINGT-SEPTIÈME ANNÉE

VOLET X                                           SUITE ET FIN

 Louis et le système de santé à ses 87 ans.

L’année de mes 87 ans fut particulièrement caractérisée par de nombreuses visites médicales, ce qui fit surgir en moi cette observation : «Pour mes yeux, il y a l’ophtalmologiste et l’optométriste ; pour mes oreilles, il y a l’audiologiste et l’audioprothésiste ; pour mes dents, il y a la dentiste, et ses assistantes ; pour le cœur, et la pression il y a la cardiologue et ma médecin de famille ; pour mes hanches, il y a les orthopédistes,  celui de la hanche droite et celui de la hanche gauche ; pour le système urinaire, il y a les onco-urologues, celui de Joliette et celui de Saint-Luc ; pour ce qui est de mon cerveau, c’est moi qui s’en occupe».

Pour terminer l’année, opération de cataractes

La saga de mes nombreuses visites médicales s’est terminée avec les opérations tant de l’œil gauche que de l’œil droit pour raison de cataractes. Opérations mineures qui ne demandent pas d’hospitalisation, mais tout de même inquiétantes car ce sont des opérations de précision qui nous rappellent la justesse de l’expression populaire : «en prendre soin comme de la prunelle de ses yeux.» En effet, ces opérations furent l’occasion de constater comment nos yeux sont complexes et fragiles. Elles m’ont appris à bien les protéger car il faut bien le reconnaitre, nous sommes chanceux de vivre à une époque où la médecine a fait des progrès au point d’intervenir avec autant de précision et de raffinement. Opérations contraignantes également parce qu’il faut mettre les fameuses goutes plusieurs fois par jour durant un mois et demi et qu’elles exigent des visites de suivi.

2 octobre 2017 ; réactions prises sur le vif.

Demain ce sera l’opération pour une cataracte à l’œil gauche. Aujourd’hui, c’est le repos en vue de cette opération. Histoire de se mettre en mode acceptation de cette intervention. Je connais l’endroit où cela aura lieu. Je me rappelle l’hiver dernier lorsque j’y suis allé pour l’opération de mon cancer, j’ai vu toute une série de gens assis dans une salle en attente de ce type d’intervention. Ils étaient là alignés en rang d’oignon ce qui m’avait fait penser à ma rangée d’une centaine d’oignons dans mon jardin. Bon il faut accepter cela. Puis je pense à l’ophtalmologiste qui va m’opérer. Une jeune femme avec un foulard sur la tête. Elle est sans doute compétente, mais est nécessairement habitée par une culture différente de la mienne. Je sais qu’il ne faut pas être raciste, mais comment ne pas nier la vérité sans être raciste ?

4 0ctobre 2017

Visite de suivi suite à l’opération de la veille alors que tout s’est bien passé Mais aujourd’hui il y avait de l’âgisme dans l’attitude de cette spécialiste ophtalmologiste : «Est-ce que je peux écrire ?» Lui ai-je demandé et la réponse : «Vous pouvez regarder la télévision comme vous voulez.» Ce qui me poussa à rétorquer : «Moi c’est l’écriture qui m’intéresse.» Il y avait dans son attitude un préjugé de ce que sont les personnes âgées qui ne correspond pas à ce que je suis. Elle ne s’est pas arrêtée à écouter et à comprendre à qui elle s’adressait. Elle avait son idée toute faite de ce que sont les personnes âgées et c’est à cette image qu’elle répondait.

L’âgisme est omniprésent dans notre société. Il ne faut pas s’étonner que lorsque l’on a à transiger d’une façon ou d’une autre avec un ou une représentante de cette société, l’on se trouve confronté à une pléthore de préjugés. Je me rends compte surtout depuis que j’ai 87 ans qu’il me faudra accepter de vivre avec ces préjugés qui collent à mon âge. Par exemple, il faut démontrer et affirmer que même si l’on a un certain âge cela ne veut pas dire que l’on est automatiquement Alzheimer.

Mais cette jeune dame est tout de même accueillante et sympathique, je n’ai aucune raison de développer une attitude négative à son sujet. Je dois plutôt la remercier de sa compétence et de son professionnalisme.

 Autre rétrospective : belles rencontres à ne pas oublier.

Il y a de ces rencontres occasionnelles qui laissent un souvenir agréable, pratiquement inoubliable, des moments de grâce. Le 2 août, c’était le rendez-vous bisannuel avec le Dr Vincent Massé pour ma prothèse de la jambe droite. Ce fut en somme une rencontre de troisième type le fait d’être témoin de l’intensité avec laquelle, il s’est penché sur les radiographies de mes prothèses et a expliqué à son résident les détails de l’espèce de grillage qu’il m’a installé pour souder la hanche à la prothèse. Je suis revenu stimulé et encouragé de cette rencontre exceptionnelle. De voir une personne ainsi totalement dédiée à son travail tout en demeurant très humain ne peut être qu’un enchantement.

Les rencontres avec Mme Émilie Girard l’audioprothésiste furent également des rencontres stimulantes. Se retrouver en pleine communication avec une personne rencontrée somme toute par hasard fait du bien à notre univers d’émotivité, de chaleur humaine. C’est une sorte de ressourcement, une occasion de faire le plein de confiance, de conviction et de détermination.

 Bilan au lendemain du 5 novembre 2017

 Cette année 2017, qui tire à sa fin, m’amène à faire le point de cette année de mes 87 ans maintenant révolue. En bonne partie des combats ; un combat contre le cancer ; un combat, un difficile combat pour défendre mon droit de choisir l’endroit où me faire soigner avec en toile de fond, les multiples rendez-vous médicaux ainsi que l’obligation de passer un examen de conduite automobile. Combats sous jacents contre les préjugés reliés à mon âge qui sont de plus en plus présents à mesure que j’avance en âge : «Vous savez, vous avez 87 ans.» Je réalise des choses que, selon la croyance populaire, je ne devrais pas être capable de faire comme de faire mon jardin ou d’écrire. Par ailleurs, parfois l’on oublie que mes capacités physiques diminuent et que l’inquiétude s’installe plus facilement. Il faut bien constater et admettre également que les personnes âgées véhiculent elles-mêmes les préjugés dont elles sont victimes.

Aussi cette année fut le théâtre de la continuité dans le combat pour la protection de la qualité de l’eau. Je pense à cette magnifique soirée du 26 août à l’Île Dupas alors que Lanaudière s’est mobilisée pour supporter la cause de la petite municipalité de Ristigouche en Gaspésie poursuivie par une compagnie gazière parce qu’elle avait règlementé pour protéger son eau potable. Combat politique pour l’autodétermination du peuple québécois particulièrement par la rencontre commémorative de la Visite du Général de Gaule. Observateur de l’impasse dans lequel est placé le peuple Catalan désireux d’avoir les pouvoirs légitimes d’une nation. Un autre bon coup, la rencontre familiale du 17 juin, en hommage à mes parents Arthur et Germaine ; fête organisée avec Simon et Christian chez ce dernier à Carignan.

C’est aussi une année au cours de laquelle, j’ai tenté d’améliorer mes relations avec les autres, de mieux les comprendre, d’accepter que parfois, dans certaines circonstances, par exemple lorsque notre condition nous rend vulnérable, il est préférable de se tenir à distance de certaines personnes, oui malheureusement, quitte à revenir lorsque la tempête sera passée. Ce n’est pas parce que l’on est âgé qu’il ne faut plus tenter d’améliorer notre comportement, nos réactions, nos pensées. Je crois qu’il y a des pièges à chacune des étapes de la vie avec lesquels il faut composer. À travers les événements relatés, mes textes parfois reflètent cette préoccupation de la recherche constante d’une meilleure compréhension de la nature humaine afin d’améliorer mes relations ainsi que mon état d’âme. Plus que jamais, cette année m’a fait apprécier d’avoir des amis et amies en or, des personnes de grande qualité que je ne saurai jamais assez remercier.

 Conclusion

Un bilan somme toute positif, très positif malgré l’âge et la maladie car cette étape de mon cheminement personnel, de la quête de l’amélioration de soi et de la compréhension de la vie et des êtres humains ne s’arrêtera qu’au dernier jour.

Maintenant, ma quatre-vingt-septième année c’est du passé. Ce fut une année pas banale du tout, pleine de rebondissements parfois malheureux, parfois stimulants et toujours enrichissants. Ce fut somme toute une année comme probablement il ne me sera plus donné d’en vivre, mais peu importe, pourvu qu’elle ait été utile à celles et ceux qui m’entourent.

Louis Trudeau 1929-11-05

 

 

 

Un commentaire sur “L’ANNÉE DE MES 87 ANS: SUITE ET FIN

  1. Cher Louis , j’espère que vous serez heureux de faire ma connaissance. Je suis une petite Monette. Hé oui! Encore une ! Monique de mon prénom fille du redoutable homme fort de St-Mathieu Albert fils d’Albertine Trudeau ma chère grand-mère . Madeleine ma grande sœur ma remis votre courriel car elle savait que vos textes pouvaient m’intéresser. En effet tout comme vous, j’aime l’écriture. J’ai d’ailleurs en ma possession des textes que vous aviez remis à Madeleine, ils parlaient de papa, de son humour et de sa générosité. Je n’ai aucun souvenir de vous avoir déjà rencontré, c’est malheureux.
    Je n’ai eu le temps que de lire vos 87 ans, somme toute j’ai aimé mais vous ne m’avez pas laissé voir ni sentir toutes les fleurs de votre merveilleux bouquet. Je suis certaine que vous avez gardé les plus odorantes pour vous, vous devez-être très réservé en ce qui concerne le partage des petits moments de grand bonheur. Je suis désolée de votre maladie et je souhaite que vous lui ferez la peau à 88 ans !
    En ce qui concerne le docteur Vincent Massé je partage votre joie car c’est aussi mon médecin . J’ai moi aussi une prothèse de hanche qu’il m’a installé à Hop. Maisonneuve et je le trouve très présent à ses patients. Je l’épouserais bien mais je ne peux plus sauter par dessus la clôture même si l’opération a été une réussite. Je vous promets de lire vos textes. Je tenais à vous saluer et à vous remercier d’être par vos écrits la mémoire de moments de vie qui nous ont échappé . Je vous souhaite une excellente( 88) quatre vingt huitième année et au plaisir de vous lire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s