COLLISION FRONTALE AVEC L’IMPÔT

Nous étions en l’an de grâcRevenus 98.jpge 2000, plus précisément le 30 août, voilà que je reçois de la part de l’impôt du gouvernement du Québec, un avis me réclamant un somme importante pour le non paiement d’impôt pour l’année 1998. Tout à fait estomaqué, étant convaincu que je ne leur devais rien, je tentai de comprendre de quoi il s’agissait.

Imbroglio

À cette époque, mon épouse Ghislaine, victime d’un AVC très sévère était de retour à la maison depuis quelque temps seulement et j’étais encore à m’initier à mon nouveau rôle d’aidant naturel. Il me fallait me familiariser avec la cuisine, la garde-robe féminine, la toilette quotidienne et particulièrement je me devais d’être continuellement à l’écoute de ce que Ghislaine, étant devenue aphasique, tentait tant bien que mal de me communiquer. Chaque seconde de mon temps était compté. Je n’étais donc pas d’humeur à mettre du temps supplémentaire pour me défendre contre ce qui m’apparaissait être un monstre, une bête impossible à maîtriser. Je décidai quand même d’essayer de comprendre de quoi il en retournait. Je veux bien payer les impôts que je dois à sa majesté, mais payer deux fois pour les mêmes revenus, ça non.

thumbnail_Les%20T4[1].jpgL’on m’a d’abord affirmé au téléphone qu’il s’agissait de gains de capital. J’ai eu le réflexe de leur demander quelle institution financière avait émis ces relevés. On me transféra à un autre fonctionnaire qui prit dix jours pour me répondre. Il s’agissait plutôt de trois fonds d’hypothèques de la fiducie Desjardins dont il me donna les numéros. Le problème, c’est que la copie «à conserver pour vos dossiers» ne comprend pas de numéro. Je fis immédiatement une demande pour avoir une copie de ces relevés d’impôt et adressa une demande similaire à ma Caisse Desjardins mandataire de la Fiducie Desjardins.

Support de ma conseillère financière

Mme Danielle, ma conseillère financière pris la chose très au sérieux. Sachant que je pouvais difficilement me déplacer à cause de mon rôle auprès de Ghislaine, elle prit la peine de venir à la maison pour comparer les copies des relevés qu’elle avait obtenus de la Fiducie avec celles que je possédais à la maison. Tout concordait parfaitement, ce qui signifiait que les impôts réclamés sur ces relevés avaient bel et bien été payés en temps règlementaire. Mme Danielle m’accompagna dans ma démarche auprès du ministère afin de valider cette concordance. Je téléphonai au fonctionnaire responsable de mon dossier.

Un fonctionnaire exécrable

C’est alors que je vécus une scène inimaginable. Ce fonctionnaire fut grossier, bête et détestable. N’en pouvant plus, je passai le téléphone à Mme Danielle. Il fut tout aussi polisson avec elle qu’il l’avait été avec moi. Je n’eus aucune peine à m’en convaincre de par la couleur de sa figure qui passa au rouge vif. Cette dame qui était d’un professionnalisme sans faute, fut pour le moins atterrée d’être ainsi traitée par un représentant de notre gouvernement. Elle réussit tout de même à garder son calme et put finalement apprendre de ce fonctionnaire hautain et mal élevé que pour obtenir une copie de ces fameux relevés, il fallait faire une requête écrite au bureau régional situé à Laval ce qui a été fait immédiatement, mon ami Roger s’étant offert pour aller porter la demande en personne.

Trainer en longueur

thumbnail_Dec%2098[1].jpgMon dossier continua à trainer en longueur. Il fallut revenir à la charge à plusieurs reprises pour obtenir ces fameuses copies. Mme Danielle fit appel à une connaissance, employée à ce ministère pour faire accélérer le dossier. Cette dernière en contactant le fonctionnaire concerné, nous a pour ainsi dire servi de taupe à l’intérieur de ce qui m’apparut alors comme étant un monstre du fonctionnarisme. Heureusement, je pus transiger avec un autre fonctionnaire qui lui, étant gentil et poli me réconcilia avec le personnel de ce ministère provincial, d’autant plus qu’il avait le même nom de famille que moi, ce qui aida à établir une bonne communication. Grâce à lui, je compris que même à l’intérieur de la boîte, ce confrère exécrable était reconnu pour son manque de savoir vivre.

Ce n’est que le 19 février 2001, que je reçu la confirmation qu’il s’agissait bel et bien d’une erreur de la part du ministère des finances et que l’on me restitua les sommes perçues inutilement.

Conclusion

Ayant conté cette saga à des amis, ces derniers me dire : «Tu devrais faire une plainte à l’encontre de ce fonctionnaire.» Je trouvai qu’il y avait de bonnes chances que ce soit du temps perdu. Plutôt, j’optai pour écrire une lettre à ma Caisse Populaire Desjardins pour souligner le professionnalisme et le dévouement dont avait fait preuve Mme Danielle à cette occasion. La direction cru bon de lire ma lettre au cours d’une séance du Conseil d’Administration de sorte que Mme Danielle reçue toute la reconnaissance qu’elle méritait.

Louis Trudeau                                                                                  le 20 janvier 2018

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s