LETTRE À MON PREMIER MINISTRE

  1. François Legault, premier ministre,

Assemblée Nationale, Québec.

Bonjour Monsieur le premier ministre,

Dernièrement, vous avez signalé qu’il était de votre objectif que les québécois se disent fiers d’être québécois. Vous avez raison, les membres d’une nation ont besoin de développer la confiance en leur groupe social en se rappelant ses bons coups et ses réalisations.

IMG_8663.JPGÀ bien y penser, nous avons un tas de raisons d’être fiers d’être québécois. Le Québec a fourni des hommes de grande qualité dans bien des domaines en commençant par le vôtre, c’est-à-dire le monde politique. Nous nous remémorons entre autres, M. René Lévesque avec qui vous avez œuvré et qui a initié des lois sur le financement des partis politiques qui font que le Québec est l’une des démocraties les plus avancés. N’est-ce pas que l’égalité des chances est le socle de la véritable démocratie.

La liste de nos réalisations est stimulante. Nous nous sommes dotés de leviers économiques comme Hydro-Québec et la Caisse de Dépôt et de Placement. Nos universités ont la cote puisqu’elles attirent des étudiants d’un peu partout dans le monde. Nous avons des scientifiques et des chercheurs qui n’ont rien à envier à ce qui se fait ailleurs que ce soit dans les sciences sociales come M. Guy Rocher, ou dans l’intelligence artificielle avec M. Yoshua Bengio. Nous avons nos inventeurs tels qu’Armand Bombardier pour la motoneige et Arthur Sicard pour le chasse-neige.

Nous avons des politiques sociales dont nous devons être fiers particulièrement pour les tout petits par les garderies et la protection de la jeunesse. De plus, nous avons dans notre ADN de venir en aide aux plus démunis et de protéger les plus vulnérables. Je suis fier de la loi 21 parce qu’elle donne priorités aux enfants vulnérables plutôt qu’aux enseignants adultes. Je suis fier de nos élus(es) lorsqu’ils s’unissent pour doter le Québec de lois à forte teneure humanitaire comme l’aide médical à mourir.

Nous avons produit et produisons toujours des artistes, des poètes de grande valeur comme Émile Nelligan et Gaston Miron, des chantres comme Félix Leclerc et Gilles Vigneault, de grandes interprètes comme Pauline Julien et Monique Leyrac.

Nous avons des athlètes de haut niveau qui performent sur la scène international tant dans les disciplines olympiques que dans les ligues professionnels.

Par ailleurs, Monsieur le premier ministre, je serais plus fier d’être québécois si lors des compétitions internationales, nos athlètes seraient costumés de bleu plutôt que de rouge.

Je serais plus fier d’être québécois si notre loi 101 qui protège notre langue française n’était pas constamment écorchée et mise à mal par la Cours Suprême du Canada.

Je serais plus fier d’être québécois si votre loi 21 sur la laïcité ne serait pas menacée par du financement venu d’ailleurs et devra être soumise à un tribunal dont la majorité des membres n’ont pas, de toute évidence, la même culture que l’ensemble de la population québécoise.

Je serais plus fier d’être québécois si notre gouvernement pouvait de lui-même négocier des ententes commerciales soit bilatérales soit multilatérales avec d’autres pays plutôt que de sacrifier des pans de notre économie comme le secteur de l’aluminium et la gestion de l’offre au profit d’autres provinces.

Je serais plus fier d’être québécois, si le Québec s’était présenté de plein droit à la Cop 25. Il aurait pu faire valoir sa position sur le marché du carbone et affirmer l’importance du réchauffement climatique en compagnie de Greta Thunberg comme l’ont fait les québécois dans les rues de Montréal le 27 septembre dernier.

Je serais plus fier d’accueillir les nouveaux arrivants afin qu’ils partagent avec nous, nos valeurs, nos us et coutumes, notre langue, nos paysages, notre eau, notre territoire et notre climat si, au lieu d’émigrer au Canada, ces derniers se présentaient à Dorval en pays du Québec, et seraient accueillis avec le fleur de lys.

Enfin Monsieur Legault, je serais vraiment plus fier d’être québécois, si je pouvais vous appeler Monsieur le Président de notre République plutôt que le premier ministre d’une province. Vous savez Province vient du mot latin provincia qui signifie peuple conquis et territoire occupé.

Veuillez agréer, Monsieur, mes Meilleurs Vœux de Noël et du Nouvel An

Louis Trudeau, Saint-Cléophas-de-Brandon, Québec.                             Le 20 décembre 2019

3 commentaires sur “LETTRE À MON PREMIER MINISTRE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s