ENTRE LE DÉNI ET L’OBSESSION

Le coronavirus est loin d’avoir fini de faire parler de lui. Nous assistons à divers comportements qui sont de plus en plus divergents et de plus en plus extrêmes dans leurs expressions. Des jeunes se réunissent par centaines pour faire la fête sans aucune précaution. Des gens prennent la rue pour protester contre les mesures sanitaires imposées par les autorités. Par ailleurs, d’autres plus discrets se terrent dans leur domicile et craignent tout contact avec l’extérieur.

Alors comment se positionner ? Comment vais-je apprendre à vivre dans le contexte historique actuel qui m’oblige à réviser tant ma façon de me comporter que ma vision de la société dans laquelle j’ai à tenter de m’épanouir. Comment pourrai-je retrouver mon équilibre dans ce monde inédit et bouleversé ?

D’abord, reconnaissons que le danger est réel et que nos véritables ennemis, ce ne sont pas les autorités politiques et sanitaires, mais le coronavirus. Oui il est de mise de bien s’informer, mais au bon endroit, c’est-à-dire chez les médias responsables et de ne pas se fier au qu’en-dira-t-on de tous et chacun ou les rumeurs de la rue colportées maintenant par certains médias sociaux. Le coronavirus est un ennemi mal identifié, sournois, omniprésent dont chacun de nous peut être le vecteur. Un jeune qui va dans une fête de quartier peut revenir à la maison avec le virus sans le savoir et le transmettre à son petit frère, sa grande sœur ou sa grand-mère. C’est là une réalité difficile à imprimer dans le cerveau pour chacun de nous et plus difficilement pour certains que pour d’autres.

En effet, certains vont tout simplement nier l’existence du virus ou faire comme s’il n’existait pas, C’est le déni. On va jusqu’à crier haut et fort qu’il s’agit d’une invention de dirigeants qui veulent nous soumettre à leurs quatre volontés. Cela malgré les 800 000 morts et les millions d’affectés par le virus à travers la planète. En cela, ils reprennent le discours de certains chefs d’État irresponsables. Par ailleurs, d’autres en font une obsession et multiplient, parfois inutilement, les mesures de précaution et cela risque de devenir obsessionnel et causer un isolement dévastateur.

15181696_m-240x300.jpg
Source inconnue

Alors, pour retrouver mon équilibre dans ce contexte, je me suis tourné vers mon cerveau. Qu’est-ce qui, dans mon cerveau, entre en action face à cette situation méconnue et comment puis-je lui permettre de fonctionner normalement ? Savez-vous que dans notre cerveau, nous avons aussi des amygdales. On ne parle pas des amygdales de notre gorge que nous connaissons bien, mais bien d’amygdales dans notre cerveau ce qui est nouveau pour moi. Comme pour la plupart des structures de notre cerveau, nous avons deux amygdales. L’une à gauche, l’autre à droite.

Les experts en neurologie nous disent : «L’amygdale est une structure cérébrale essentielle au décodage des émotions, et en particulier des stimulus menaçant pour l’organisme.»1Donc lorsque nous percevons un danger, ce sont nos amygdales qui entrent en fonction et qui nous positionnent en état de combat ou de fuite dépendamment des circonstances et de notre personnalité. Le réflexe de défense en cas e danger est essentiel à notre survie. C’est d’ailleurs ce qui a permis à nos ancêtres de passer à travers tous les dangers qui les menaçaient. Par ailleurs, on nous avise «qu’une activation trop fréquente de ces réflexes cérébraux peut conduire à un état permanent d’anxiété.»2

Nos amygdales ont donc une fonction particulière qui est primordiale dans les circonstances. Le déni, c’est la fuite. Il ne faut pas y adhérer, ce serait catastrophique. Il nous reste le combat, mais comment combattre le virus car c’est un ennemi pernicieux puisqu’invisible. De plus, il utilise souvent ce que nous avons de plus cher, nos parents et amis, pour s’infiltrer chez nous et faire ses dommages. Comment ne pas paniquer ? Sur quoi pouvons-nous compter pour y faire face ? Nous avons besoin de savoir que chacun de nous prend les consignes sanitaires au sérieux et que c’est ainsi que tous ensemble nous vaincrons le coronavirus. Plus que jamais nous avons besoin les uns des autres et devons mutuellement nous faire confiance.

C’est donc la solidarité et l’entraide qui viendra à bout de cette menace. C’est vrai que la société actuelle est très mal préparée à ce défi. Pour y arriver, je devrai constamment m’arrêter, réfléchir, méditer afin de mieux me préparer à chacune des circonstances à laquelle le tourbillon de la vie me confrontera. Ainsi, je crois que mes amygdales pourront m’aider à accroitre la capacité de mon cerveau.

Alors, le coronavirus pourrait-il nous faire vivre des moments de solidarité insoupçonnés dans notre société marquée par un individualisme regrettable. Ainsi, son passage parmi nous, nous serait d’un précieux secours.

 1 Voir divers articles sur internet.

2 Voir : «Comment décupler la force de votre cerveau» sur MSN.

Louis Trudeau                                                                                                    29 août 2020

 

5 commentaires sur “ENTRE LE DÉNI ET L’OBSESSION

  1. Bonjour M Trudeau
    Malgré le temps passé depuis votre votre dernier blog vous n’avez pas à vous inquiétez votre cerveau fonctionne très bien. Votre texte est clair et j’espère comme vous que ce virus aura des répercussions positives et que l’humain apprendra de cette catastrophe humanitaire. En passant, je ne savais pas que nous avions des amygdales au cerveau.
    Bonne soirée
    Josée
    Envoyé de mon iPad

    J'aime

    1. Bonjour José Merci pour les commentaires. Pour ce qui est des amygdales, j’ai tenté de trouver une explication comment il se fait que l’on donne un même nom aux amygdales dans la gorge et dans le cerveau et n’ai rien trouvé si ce n’est que l’origine du mot signifie amande en grec ancien. En effet, les amygdales aux deux endroits sont en forme d’amande. Bonne journée Louis ________________________________

      J'aime

    1. Bonjour Noëlla

      Merci pour votre commentaire. Oui en effet si le coronavirus avait comme résultat de mieux nous faire comprendre le sens de l’entraide et de la solidarité, ce serait vraiment encourageant. Louis ________________________________

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s